Les Nouveaux Traitements du Dysfonctionnement Érectile en 2019

Nouveau traitement du dysfonctionnement érectile

Les traitements actuellement disponibles contre la dysfonction érectile sont essentiellement inchangés depuis 20 ans et, dans l’ensemble, les hommes ne sont pas satisfaits de leurs options. De plus, aucun des traitements médicaux actuellement disponibles ne permet de guérir la dysfonction érectile… ils traitent simplement les symptômes.

La bonne nouvelle est qu’il n’existe pas seulement un seul nouveau traitement du dysfonctionnement érectile potentiel, mais plusieurs qui pourraient améliorer considérablement les symptômes et dans certains cas, offrir un traitement permanent.

Les traitements décrits ci-dessous sont expérimentaux. Cela signifie plusieurs choses:

  1. Il n’y a pas suffisamment de preuves cliniques pour prouver que le traitement fonctionne réellement.
  2. Le traitement étant nouveau et toujours en cours d’essai, la méthodologie optimale (plan de traitement) est encore inconnue.
  3. Il peut y avoir des effets secondaires ou des risques pour la santé, dont certains peuvent ne pas être connus.
  4. Il peut être difficile de trouver un médecin qualifié et disposé à fournir le traitement.
  5. Les traitements peuvent être coûteux et, dans la plupart des cas, ne sont pas couverts par une assurance.

Dans un communiqué en mars 2018, la Société de médecine sexuelle d’Amérique du Nord (SMSNA) a recommandé que l’utilisation d’ondes de choc ou de cellules souches ou de plasma riche en plaquettes soit expérimentale et devrait être réalisée dans le cadre de protocoles de recherche. Les patients qui envisagent de tels traitements doivent être pleinement informés et consentants en ce qui concerne les avantages et les risques potentiels.

Si ces nouveaux traitements s’avèrent sûrs et efficaces, ils peuvent devenir courants dans quelques années. Jusque-là, les patients ne devraient envisager ces traitements que s’ils sont proposés par un médecin agréé et préférable dans le cadre d’une étude clinique commanditée.

Stimulation Électrique Fonctionnelle (SEF)

Un petit essai clinique a montré que la stimulation électrique fonctionnelle (SEF) pourrait constituer un nouveau traitement efficace contre la dysfonction érectile. Au cours de l’essai, une stimulation électrique a été administrée deux fois par semaine, sur une période de quatre semaines. À la fin du traitement, les patients présentaient une amélioration statistiquement significative de la fonction érectile; un groupe témoin qui a reçu un placebo n’a pas montré d’amélioration.

Sur la base de cet essai, la SEF a un potentiel pour le traitement de la dysfonction érectile. Cependant, des études supplémentaires à plus grande échelle sont nécessaires. Ce traitement n’est actuellement pas disponible.

Thérapie génique

Le potentiel de la thérapie génique est excitant, car il pourrait être utilisé pour traiter plusieurs facteurs qui contribuent au trouble de l’érection, notamment les niveaux d’oxyde nitrique et la régénération des muscles lisses, des vaisseaux sanguins et des nerfs.

Les études cliniques en sont encore à leurs débuts (démontrant l’innocuité du traitement, avant que des essais à plus grande échelle n’en évaluent l’efficacité). Une étude précoce d’innocuité a montré une amélioration significative chez plusieurs patients.

Traitement par injection de plasma riche en plaquettes (PRP)

Le traitement par PRP utilise le sang du patient pour traiter le dysfonctionnement érectile. Le sang est prélevé sur le patient et placé dans une centrifugeuse pour prélever le plasma et concentrer les plaquettes et les facteurs de croissance. Le sang concentré est ensuite injecté dans le pénis afin de favoriser le développement et la croissance des vaisseaux sanguins et des nerfs.

Les injections de PRP sont utilisées depuis de nombreuses années pour favoriser la guérison des plaies et des blessures. Le traitement consiste généralement en une ou plusieurs injections. Il y a eu des centaines d’études cliniques sur les injections de PRP; la plupart montrent peu ou pas d’effet.

La thérapie est maintenant largement promue en tant que nouveau traitement contre l’impuissance masculine. Certains prétendent même que les injections de PRP peuvent augmenter la taille du pénis. Jusqu’à présent, aucune des deux affirmations n’est corroborée par des études cliniques.

Priapus Shot et P-Shot

Priapus Shot et P-Shot sont des marques déposées de Studio Medicine et font référence à leurs procédures exclusives. Ces procédures incluent des injections de PRP, combinées à d’autres formes de traitement telles que les pompes à vide. On prétend que ces procédures peuvent aider à traiter les problèmes d’érection et à augmenter la taille du pénis.

Nous n’avons pas été en mesure de localiser d’essais cliniques indépendants à l’appui de ces affirmations.

Rien ne prouve que ce traitement ait été scientifiquement prouvé et qu’il fonctionne comme prévu. De plus, à un coût de plusieurs milliers de dollars, c’est un pari coûteux. À moins que de nouvelles recherches ne soient révélées, je ne recommanderai pas ce nouveau traitement.

Thérapie par ondes de choc

La thérapie par ondes de choc extracorporelles de faible intensité, communément appelée thérapie par ondes de choc, est utilisée pour traiter les troubles érectiles causés par des problèmes vasculaires. L’administration d’ondes sonores de faible intensité favorise le développement de nouveaux vaisseaux sanguins et améliore le fonctionnement des muscles lisses et des cellules endothéliales.

Un appareil portable est recouvert d’un gel lubrifiant et appliqué directement sur le pénis. La procédure est indolore. Les séances peuvent durer de 10 à 30 minutes. Le traitement nécessite plusieurs séances par semaine, sur une période de 6 à 12 semaines. Un traitement de suivi peut être programmé 6 mois plus tard.

Plusieurs études ont montré des résultats prometteurs, en particulier chez les hommes atteints de dysfonction érectile légère à modérée (due à des problèmes vasculaires). Un examen des travaux antérieurs10, mené en 2017, a révélé des résultats contradictoires. Certaines études étaient prometteuses, d’autres non concluantes, voire décourageantes. Cependant, une autre étude menée en 2019 a révélé des résultats globalement positifs.

Venin d’araignée

La morsure de l’araignée brésilienne (Phoneutria nigriventer) s’est avérée causer des érections. Les scientifiques testent actuellement la protéine PnTx2-6, qui a été isolée de la toxine, afin de produire un médicament par voie orale. Plusieurs études positives ont été menées chez le rat; les essais sur l’homme n’ont pas encore été conduits.

Les médicaments oraux actuels contre la dysfonction érectile inhibent l’effet de l’enzyme PDE5, qui permet au sang de s’écouler du pénis. Le venin d’araignée fonctionne sur un principe différent; il augmente la production d’oxyde nitrique (NO), ce qui augmente le flux de sang dans le pénis.

La PnTx2-6 peut être efficace chez les hommes qui ne répondent pas aux médicaments actuels ou qui subissent des effets indésirables graves des inhibiteurs de la PDE5.

Thérapie par cellules souches

La thérapie par cellules souches utilise les propres cellules souches du patient pour traiter l’impuissance. En général, les cellules graisseuses sont prélevées dans l’estomac du patient les cellules souches sont extraites et injectées dans le pénis afin de favoriser le développement et la croissance des vaisseaux sanguins et des nerfs. Le processus est très similaire aux injections de PRP, mais les deux traitements ne doivent pas être confondus.

Les traitements à base de cellules souches ont été largement testés chez le rat et, plus récemment, lors de petits essais chez l’homme. Les résultats ont été prometteurs. Dans une étude portant sur des hommes qui avaient subi un prélèvement de prostate, plus de la moitié avait retrouvé une fonction érectile suffisante.

Implant pénien activé thermiquement

Les implants péniens actuels sont compliqués à installer et sujets aux défaillances mécaniques. Les chercheurs expérimentent un nouvel alliage métallique qui «se souvient» d’une forme et reprend cette forme lorsqu’il est chauffé par induction électrique.

En théorie, un utilisateur peut provoquer l’érection du pénis en passant un dispositif d’induction électrique dessus, ce qui provoque la rigidification de l’implant métallique. La chirurgie implantaire serait beaucoup plus simple et le dispositif plus fiable que les implants actuels.

L’appareil est en cours de test mécanique; les essais sur l’homme ne commenceront pas avant plusieurs années.

Onguent topique

Les onguents, crèmes ou gels topiques sont appliqués directement sur le pénis 30 à 60 minutes avant le rapport sexuel. Un gel, Topiglan (1% d’alprostadil, un ingrédient couramment utilisé dans les injections du pénis et les suppositoires), est efficace chez environ 40% des hommes testés.

Des agents topiques pourraient être utilisés en association avec des médicaments oraux (inhibiteurs de la PDE5) pour améliorer les érections.

Topiglan a terminé un essai clinique de phase 3. Cependant, le fabricant a constaté que le gel perdait de son efficacité au stockage; un autre essai est prévu avec un applicateur repensé.

Un autre gel à l’alprostadil, Vitaros, est disponible depuis 2014. Par contre, la FDA l’a refusée à deux reprises à la vente aux États-Unis pour des raisons de sécurité.